Fertilité / Infertilité

Pour les personnes qui sont infertiles ou qui ont besoin d'une aide extérieure pour fonder une famille, il existe plusieurs options.

Une personne est dite fertile lorsqu’elle a la capacité de se reproduire, c’est à dire de concevoir un enfant avec ou sans intervention extérieure. Toute personne est donc fertile jusqu’à preuve du contraire, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’il y ait un diagnostic médical d’infertilité. Ainsi, certaines personnes, notamment les femmes célibataires, les personnes queer ou trans ainsi que les couples homoparentaux ont parfois besoin d’une aide extérieure pour fonder leur famille. Pourtant, cela ne veut pas dire qu’elles sont infertiles.

Le diagnostique d’infertilité peut être liée aux mécanismes du corps et au développement des organes sexuels et reproducteurs (pas d’ovulation, trompes de Fallope obstruées, spermatozoïdes trop faibles ou peu nombreux, certaines formes d’intersexualité, etc.); il peut être la conséquence d’interventions médicales (chimiothérapie, traitement hormonal pour les personnes trans, chirurgie de réassignation de genre); il peut aussi être environnemental (contamination du milieu de vie par des substances toxiques qui affectent la capacité reproductive des parents ou la viabilité et le développement du fœtus).

Pour les personnes qui sont infertiles ou qui ont besoin d’une aide extérieure pour fonder une famille, il existe plusieurs options, comportant chacune leur lot de défis émotionnels, financiers, administratifs et médicaux: adopter, devenir famille d’accueil ou recourir à la procréation assistée (PA).

Depuis les années 1980, la FQPN travaille sur la PA. C’est en effet un domaine où les enjeux médicaux, sociaux, éthiques et politiques sont nombreux. Il n’y a qu’à penser à la gestation pour autrui, à la recomposition de la notion de famille et de filiation, à la médicalisation du corps des femmes, à la gratuité ou non des services de PA … Ces enjeux enflamment régulièrement l’opinion publique et demandent à la société de se repenser et de s’adapter aux nouvelles réalités qui découlent de pratiques médicales qui évoluent rapidement et ne sont que peu ou pas encadrées.

Parce que ces enjeux nous concernent toutes et tous et peuvent avoir un impact sur nos vies, notre santé et nos familles, il est nécessaire d’avoir accès à des informations claires et indépendantes afin de faire les choix les mieux adaptés à notre réalité et à nos besoins.

Techniques de procréation assistéeTélécharger le PDF

La procréation assistée comprend des procédés relativement simples, comme l’insémination artificielle pouvant se faire à la maison, ou des techniques plus invasives telles que la fécondation in vitro.
Il importe de bien connaitre ces procédures, leurs impacts et leurs risques lorsqu’on envisage d’avoir recours à la procréation assistée. Ce document met en lumière les différentes techniques de procréation assistée.

Fertile / Infertile?

Une personne est fertile lorsqu’elle a la capacité de se reproduire, c’est à dire de concevoir un enfant sans intervention extérieure. Pour en savoir plus sur la fertilité et la conception, cliquez ici.

Par opposition, une personne est infertile lorsqu’elle a le désir de fonder une famille et qu’elle n’est pas en mesure de le faire sans intervention extérieure ou dans les délais souhaités. Selon les sources, il est estimé qu’entre un couple sur six et un couple sur douze éprouve de la difficulté à concevoir un enfant. L’infertilité est une définition qui englobe la stérilité (une incapacité de concevoir ou de mener à terme une grossesse) mais ne se limite pas à cela.

L’infertilité peut être liée aux mécanismes du corps et au développement des organes sexuels et reproducteurs (pas d’ovulation, trompes de Fallope obstruées, spermatozoïdes trop faibles ou peu nombreux, certaines formes d’intersexualité, etc.); elle peut être la conséquence d’interventions médicales (chimiothérapie, traitement hormonal pour les personnes trans, chirurgie de réassignation sexuelle); elle peut aussi être sociale (personne célibataire, couple lesbien/gay/trans) ou environnementale (contamination du milieu de vie par des substances toxiques qui affectent la capacité reproductive des parents ou la viabilité et le développement du fœtus).

L’infertilité englobe une multitude de réalités et sa définition est fluctuante. Ainsi, alors que certaines instances considèrent qu’on ne peut poser un diagnostic d’infertilité qu’après deux ans de relations sexuelles non protégées dans un couple hétérosexuel, d’autres considèrent qu’il faut agir après six mois ou un an d’essais infructueux, ce qui augmente les diagnostics et les interventions de procréation assistée (PA). Cette définition est bien évidemment inadaptée à la réalité d’un couple homosexuel ou trans. Le diagnostic et les solutions proposées doivent donc être adaptés aux diverses réalités.

La définition de l’infertilité est extrêmement importante car elle a un impact sur qui a accès aux services de PA- actuellement pris en charge par le gouvernement du Québec. Alors que l’on constate peu à peu que ce programme coûte cher aux contribuables, des voix s’élèvent pour réclamer que seules les personnes « réellement infertiles » – c’est à dire les femmes en couple hétérosexuel qui n’arrivent pas à concevoir un enfant- soient couvertes par le programme. C’est un dossier à suivre.

Quoi qu’il en soit, alors que les méthodes mises en place pour pallier à l’infertilité, très rentables, se développent à grande vitesse, un aspect qui est totalement laissé de coté est la prévention de cette infertilité. Les mesures sociales, environnementales et dans les lieux de travail qui permettraient à chacun et chacune de vivre dans des environnements sains se font encore attendre. Les communautés autochtones sont particulièrement affectées par la destruction et la contamination de l’environnement et des ressources naturelles, qui ont des impacts majeurs sur leur santé reproductive et leurs droits fondamentaux.


Fonder une famille au Québec

Guide légal pour parents et futurs parents LGBTTélécharger le PDF

Guide légal pour parents et futurs parents LGBT

Educaloi- L’adoption internationaleConsulter le site web

Dans cet article, Éducaloi vous donne un aperçu des étapes à franchir si vous songez à vous lancer dans l’aventure de l’adoption internationale. Quand vous serez prêt à faire le saut, le Secrétariat à l’adoption internationale, qui supervise le processus d’adoption internationale au Québec, pourra vous fournir tous les détails nécessaires.

Educaloi- L’adoption d’un enfant au QuébecConsulter le site web

Éducaloi vous expose les conditions requises pour adopter un enfant, les démarches à faire auprès d’un Centre jeunesse et les étapes des procédures judiciaires menant à l’obtention d’un jugement d’adoption. Éducaloi vous explique également les conséquences juridiques de l’adoption, tant à l’égard de l’enfant qu’à l’égard des parents biologiques et des parents adoptifs.

Educaloi- La procréation assistéeConsulter le site web

Dans cet article, Éducaloi s’intéresse à la relation entre un enfant et ses parents, lorsque ce dernier est issu de la procréation assistée.

Qu’est-ce que la procréation assistée?

Par procréation assistée (PA), on entend toutes les façons de concevoir un enfant en l’absence de relation sexuelle ou de toute aide pharmacologique à la conception d’un enfant. La PA comprend des procédés relativement simples, comme l’insémination artificielle pouvant se faire à la maison, ou des techniques plus invasives telles que la fécondation in vitro (FIV). Elle implique également le prélèvement et la manipulation d’ovules, de sperme et d’embryons humains, ou la collaboration de tierces personnes comme dans le cas de la gestation pour autrui (recours à une « mère porteuse ») ou lorsqu’il y a conception d’un enfant avec don d’ovule ou de sperme.

C’est légal!

Recourir à la PA au Canada et au Québec c’est légal quel que soit notre genre, notre orientation sexuelle ou notre statut de couple. Les limites imposées dans les cliniques sont liées à l’âge et à l’indice de masse corporelle, qui ont un impact sur le taux de succès des interventions.

En revanche, certaines pratiques impliquées dans les processus de PA sont encadrées ou interdites. Ainsi, selon la Loi fédérale sur la procréation assistée (2004), la commercialisation du matériel reproductif humain (sperme, ovule, embryon) ou de la fonction reproductive est interdite. Cela signifie qu’il est illégal de rémunérer quelqu’un pour obtenir des ovules ou du sperme, de payer une femme pour porter un enfant ou de vendre ses services ou faire de la publicité pour vendre ses gamètes ou sa fonction reproductive.

Au Québec, la gestation pour autrui n’est pas encore reconnue par le code civil. Ainsi, les contrats ou les ententes impliquant une personne gestatrice n’ont aucune valeur sur le plan juridique. La personne qui accouche devient automatiquement la mère de l’enfant et les demandeurs doivent faire une procédure d’adoption pour devenir les parents légaux.

Les services de procréation assisté sont présentement partiellement couverts par la RAMQ. Pour plus d’information, consulter quebec.ca

Impacts et questionnements

Du côté positif, la procréation assistée permet à des personnes qui ne le pouvaient pas de fonder leur famille.

Cependant, les procédures impliquées peuvent être lourdes médicalement, stressantes et source de déception, car le taux de succès n’est pas très élevé. De tous les cycles de FIV entamés au Canada en 2011, 14,5 % seulement ont résulté en la naissance d’un enfant unique en santé.

La procréation assistée a aussi un coût financier élevé car la plupart des procédures requièrent l’intervention de spécialistes et l’utilisation de technologies et de médicaments de pointes, souvent proposés en premier recours au lieu d’avoir une gradation dans le type d’intervention proposée.

Comme les avancées médicales sont plus rapides que les changements sociaux et législatifs, certaines situations problématiques se posent pour les familles et les enfants. Par exemple, il est arrivé qu’un juge n’approuve pas la procédure d’adoption par la mère sociale d’un enfant né de la gestation pour autrui- cet enfant n’a donc pas de mère légale. Le père, lié génétiquement à l’enfant, a lui été reconnu. Bref, des situations complexes peuvent advenir lorsque plusieurs personnes sont impliquées dans la conception d’un enfant.

Quant aux impacts médicaux, sociaux et psychologiques de la PA sur les femmes et les enfants qui en sont issus, il est difficile de les connaître puisqu’il n’existe pas au Québec de registre qui permette de recenser et d’analyser les données. La création de ce registre est par ailleurs une revendication de longue date de la FQPN.

Les techniques de procréation assistée

La procréation assistée comprend des procédés relativement simples, comme l’insémination artificielle pouvant se faire à la maison, ou des techniques plus invasives telles que la fécondation in vitro. Elle implique généralement un ou plusieurs des éléments suivants

  • le prélèvement et la manipulation de gamètes ( ovules, sperme et embryons humains):
  •  la collaboration de tierces personnes comme dans le cas de la gestation pour autrui (recours à une mère porteuse) ou lorsqu’il y a conception d’un enfant avec don d’ovule ou de sperme.

Il importe de bien connaître ces procédures, leurs impacts et leurs risques lorsqu’on envisage d’avoir recours à la procréation assistée.

Description

Le don de gamètes consiste à donner du sperme, des ovules ou des embryons dans le cadre de la procréation assistée (PA).

Clientèle

Don d’ovule

Femmes ou personnes trans qui n’ont pas d’ovaire ou souffre d’insuffisance ovarienne, ménopause précoce, âge trop avancé. Aussi utilisé dans les cas de gestation pour autrui (avec une mère porteuse) afin d’éviter l’établissement de liens génétiques entre la gestatrice et l’enfant qu’elle porte.

Don de sperme

Hommes vivant avec un diagnostique d’infertilité (par exemple absence de spermatozoïdes dans le sperme); échecs de fécondation in vitro (FIV); risque de transmission de maladie héréditaire grave à l’enfant; femmes seules;  personnes trans; couples lesbiens.

Don d’embryons

Cas d’incapacité à produire des ovules; incapacité à produire des spermatozoïdes; risque de transmission d’une maladie héréditaire grave impossible à dépister lors d’un diagnostic pré-implantatoire; échecs répétés de procréation assistée.

Fonctionner

Don d’ovules

Les donneuses d’ovules sont recrutées par les demandeurs/euses. Elles doivent être âgées de 18 à 35 ans, en bonne santé, subir une rencontre d’évaluation psychologique et être principalement animées d’une motivation altruiste. Bien que la rémunération, sous quelque forme que ce soit, soit illégale au Canada, il y a souvent un dédommagement pour les frais encourus. Une donneuse doit prendre des anovulants (pilule)  pour coordonner son cycle avec celui de la receveuse, subir une stimulation ovarienne, un contrôle de ses taux hormonaux et de son ovulation et un prélèvement d’ovules par sonde vaginale. Ce processus s’étale sur plusieurs mois.

Don de sperme

Les donneurs sont des personnes en bonne santé âgés de 18 à 40 ans qui passent à travers un processus en plusieurs étapes (entretiens, spermogramme, tests pour les infections transmissibles sexuellement- ITS). Lorsqu’un donneur est accepté, il peut faire le choix d’être anonyme ou à identité ouverte. Dans ce cas, il accepte que son identité soit révélée si l’enfant conçu avec son sperme en fait la demande à 18 ans. Certaines cliniques acceptent de faire des inséminations à partir du sperme d’un donneur connu (ami).

Don d’embryons

Le don d’embryons se fait à partir des embryons surnuméraires issus d’une fécondation in vitro. Ceux qui n’ont pas été utilisés sont congelés et peuvent être donnés par la personne ou le couple à qui ils appartiennent.

Efficacité

Don d’ovules

Les taux de naissances associés au don d’ovules sont considérablement plus élevés que ceux qui sont associés à la stimulation ovarienne ou à la fécondation in vitro seulement. Au Canada en 2011, les taux de naissances vivantes des FIV avec don d’ovules étaient de 41,4 % comparativement à 29,0 % pour les FIV effectué avec les ovules de la personne qui souhaite concevoir un enfant.

Don de sperme

La clinique Procréa (Montréal), qui possède une banque de sperme, estime le taux de grossesse suite à une insémination par le sperme d’un donneur à 15 % par cycle.

Don d’embryons

Au Canada, le don d’embryons est une pratique très rare. En 2011, 53 cycles seulement ont été réalisés avec un don d’embryons (sur près de 24 000 cycles) avec un taux de succès de 26 %.

Risques

Don d’ovules

Il y a un risque de 1,6 % de développer un syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO) pour les donneuses d’ovules. En cas de réponse excessive à la stimulation ovarienne, l’interruption du traitement est à envisager. Le SHO peut être plus ou moins grave : nausées, vomissements, distension et douleurs abdominales, hypertrophie des ovaires, difficulté à respirer, dysfonctions ou arrêt des fonctions rénales. Les formes graves sont rares mais peuvent dans certains cas entraîner la mort.

Le prélèvement peut être associé à une infection pelvienne (risque =1/500), à des saignements importants (risque =1/1000), des malaises et des crampes.

Don de sperme

Transmission d’agents infectieux (ITS, etc.). Ce risque se limite aux cas d’insémination maison avec donneur connu puisque les donneurs sont autrement systématiquement testés.

Description

Prise d’hormones visant à faire produire par les  ovaires plusieurs ovules matures et fécondables au cours d’un même cycle.

Clientèle

Femmes ou personnes trans qui n’ovulent pas ou qui n’ovulent pas à chaque cycle. La stimulation ovarienne est utilisée pour augmenter les chances de conception naturelle ou les taux de réussite de l’insémination artificielle, de la  fécondation in vitro (FIV) ainsi que du don d’ovules.

Fonctionnement

Suppression de la fonction ovarienne via la prise d’anovulants afin de remplacer le cycle naturel par un cycle artificiel, suivie par un traitement hormonal par injection qui permet de provoquer le développement de plusieurs follicules ovariens. Ce processus est surveillé à l’aide d’échographie et de tests sanguins. Lorsque  les follicules sont à maturité, l’ovulation est déclenchée par une injection hormonale.

Efficacité

Le taux de grossesse associé à la stimulation ovarienne dans le cadre de la fécondation in vitro varie entre 8 % et 20 % par cycle selon le type de traitement hormonal et d’autres facteurs comme l’âge, les caractéristiques démographiques et le métabolisme des patient.e.s. Nous ne possédons pas de données pour les autres procédures.

Risques

Augmentation des grossesses multiples (17,4% des naissances suite à la stimulation ovarienne) ce qui entraîne un risque accru de mortalité néonatale, de troubles du développement et de séquelles graves et permanentes chez l’enfant.

Il y a un risque de 1,6 % de développer un syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO). En cas de réponse excessive à la stimulation ovarienne, l’interruption du traitement est à envisager. Le SHO peut être plus ou moins grave : nausées, vomissements, distension et douleurs abdominales, hypertrophie des ovaires, difficulté à respirer, dysfonctions ou arrêt des fonctions rénales. Les formes graves sont rares mais peuvent dans certains cas entraîner la mort.

Enfin, certaines études soulèvent des préoccupations quant aux liens possibles entre les médicaments utilisés et le cancer des ovaires , les accidents vasculaires cérébraux et les embolies pulmonaires. Cependant, la qualité méthodologique de ces études ne permet pas de conclure à l’existence de risques avérés .

Description

L’insémination  désigne toutes les formes d’insémination réalisées sans rapports sexuels. Elle consiste à déposer les spermatozoïdes, soit à l’entrée du col de l’utérus, soit au-delà, dans la cavité utérine – on parle alors d’insémination intra-utérine (IIU) – ou dans les trompes, au moment de l’ovulation, en vue d’accroître les chances de fécondation.

L’insémination  peut se faire de façon artisanale à la maison avec le sperme frais d’un donneur connu ou en clinique de fertilité. L’insémination  réalisée en clinique est généralement accompagnée d’une stimulation ovarienne afin d’augmenter les chances de succès et avec le sperme frais du conjoint ou le sperme congelé d’un donneur.

Clientèle

Femmes dont le conjoint est infertile, femmes seules, personnes trans ou couples lesbiens. L’insémination peut également être pratiquée lorsqu’un couple choisi d’avoir recours à la gestation pour autrui (c’est à dire de faire appel à une mère porteuse).

Fonctionnement

L’insémination maison ou artisanale est réalisée sans l’intervention du réseau de la santé. Un test de dépistage des infections transmissibles sexuellement est généralement fait par le donneur. La personne qui souhaite tomber enceinte doit suivre l’évolution de son cycle menstruel afin de connaitre le jour de son ovulation. À ce moment là, le sperme frais est inséré dans le vagin à l’aide d’une pipette. Il faut alors rester allongée 30mn.

L’insémination  en clinique peut se dérouler sur un cycle menstruel naturel mais elle est la plupart du temps réalisée après une stimulation ovarienne. Elle peut être faite avec le sperme du conjoint ou le sperme d’un donneur.

Efficacité

Les résultats de l’insémination dépendent de très nombreux facteurs :  l’âge de la personne désirant être enceinte, le type de stimulation ovarienne, la méthode de préparation du sperme, etc. Selon les cliniques de fertilité les taux de succès déclarés se situent entre 5 et 20 % par cycle de traitement. Les taux de grossesse diminuent chez les personnes de plus de 35 ans.

Comme les inséminations maison ne sont pas répertoriées, il est difficile d’avancer des résultats mais il doit être semblable à celui d’un couple hétérosexuel fertile, soit 20 % par cycle pour les personnes de 30 ans.  Selon la Coalition des familles LGBT, il faut compter en moyenne 6 mois d’essai pour devenir enceinte et davantage pour les femmes de plus de 35 ans.

Risques

Le risque principal est lié à la stimulation ovarienne. Il y a un risque de 1,6 % de développer un syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO). En cas de réponse excessive à la stimulation ovarienne, l’interruption du traitement est à envisager. Le SHO peut être plus ou moins grave : nausées, vomissements, distension et douleurs abdominales, hypertrophie des ovaires, difficulté à respirer, dysfonctions ou arrêt des fonctions rénales. Les formes graves sont rares mais peuvent dans certains cas entraîner la mort.

Une insémination artisanale avec du sperme frais représente les mêmes risques qu’une relation sexuelle non protégée avec le donneur, c’est-à-dire la transmission d’une infection transmissible sexuellement.

Description

L’ICSI (injection intra-cytoplasmique de sperme) est une technique de fécondation in vitro (FIV) qui consiste à introduire, à l’aide d’une très fine pipette, un seul spermatozoïde à l’intérieur d’un ovule afin de le féconder. L’ICSI est aussi appelée micro-injection.

Clientèle

Cas d’infertilité masculine, quantités trop petites de spermatozoïdes dans l’éjaculat, incapacité des spermatozoïdes de percer l’enveloppe de l’ovule. L’ICSI est également utilisée dans les cas d’infertilité inexpliquée ou en cas d’échecs successifs avec la FIV classique.

Fonctionnement

L’ICSI se fait en laboratoire, à l’aide d’une aiguille très fine avec laquelle on fait pénétrer un seul spermatozoïde dans le cytoplasme de l’ovule.  Cette intervention, qui fait partie du processus de fécondation in vitro, se fait après un traitement de et une ponction d’ovules. L’ICSI peut être effectuée avec le sperme frais du conjoint ou avec du sperme congelé d’un donneur.

Au fil des ans, l’usage de l’ICSI au Canada n’a cessé d’augmenter. En 2012, 68 % des FIV au Canada on été réalisées à l’aide de l’ICSI.

Efficacité

Les données canadiennes présentent toujours les taux de succès de la FIV classique et de la FIV avec ICSI ensemble. Il est ainsi impossible d’isoler les résultats pour l’ICSI seulement. On  considère que les taux de naissances vivantes de la FIV avec ICSI sont les mêmes que ceux présentés pour la fécondation in vitro en général, soit 33% pour les femmes de moins de 35 ans, 24% pour les femmes âgées de 35 à 39 ans et 10% pour les femmes de 40 ans et plus.

Risques

En plus des risques associés à la fécondation in vitro et à la stimulation ovarienne, une étude effectuée en 2009 a constaté que les enfants issus de l’ICSI sont plus à risque d’avoir des anomalies congénitales et des syndromes génétiques tels que le syndrome de Beckwith-Wiedemann. L’incidence demeure cependant très faible.

En outre, le risque de prématurité est de 9,3% pour les enfants conçus par ICSI, comparativement à 6,4% pour ceux conçus naturellement. Le risque de petit poids est presque deux fois plus élevé. Le risque de malformation majeure quant à lui est significativement plus fort chez les enfants conçus par fécondation in vitro ou par ICSI, comparativement aux enfants conçus naturellement : il est estimé en moyenne à 5,9 % (FIV, ICSI) contre 3,6 % (conception naturelle). La fréquence des anomalies chromosomiques observée chez les enfants issus d’ICSI est également accrue, en moyenne 3 % versus 0,37 % pour la population générale.

L’ICSI est une technique relativement nouvelle puisqu’elle a été utilisée pour la première fois en 1992. Ainsi, les effets à long terme sur la santé des enfants qui en sont issus ne peuvent pas encore être évalués.

Commentaires

L’ICSI a souvent été critiquée pour avoir été utilisée directement chez les humains, sans expérimentation animale. Lorsqu’elle a été mise au point en 1992, il n’existait aucune étude pouvant démontrer l’innocuité pour la santé des rejetons issus de cette technique, et ce, même chez les espèces animales.

La technique de sélection et d’injection du spermatozoïde dans l’ovule ne permet pas le processus de sélection naturelle du spermatozoïde- ce qui peut augmenter les chances qu’il soit porteur de défauts et d’anormalités chromosomiques-  et soulève des questions quant au risque d’endommager l’ovule. La Société des obstétriciens et des gynécologues du Canada recommande aux hommes qui utilisent cette technique en raison d’une production déficiente de spermatozoïdes de recourir à des services de counseling génétique.

Enfin, pour toutes ces raisons, plusieurs études soulignent la nécessité d’évaluer la fertilité future et la santé à long terme des personnes issues de l’ICSI.

En France, un rapport de la Haute autorité de santé explique que les études de grande cohorte avec un long suivi à 5 ans n’ont pas rapporté de différences majeures entre les enfants conçus naturellement ou après ICSI quant au développement physique, cognitif et psychologique.

Description

La gestation pour autrui est le fait de porter un enfant dans le but de le remettre à une personne ou à un couple après sa naissance. Les femmes qui poursuivent une grossesse pour autrui sont aussi souvent appelées « mères porteuses ». Comme ces dernières n’ont pas l’intention de devenir la mère des enfants qu’elles portent, nous préférons parler de gestation pour autrui.

Clientèle

Femmes, personnes trans et personnes intersexuées qui n’ont pas d’utérus ou pour lesquelles une grossesse serait impossible ou qui souhaitent avoir un enfant mais qui ne souhaitent pas/ ne peuvent pas en assumer la gestation (pour des raisons sociales, médicales ou autres). Hommes seuls ou en couple gai pour concevoir un enfant issu de leurs gènes.